• Bardit à mon ami Jack Denibaud

    Bardit à mon ami Jack Denibaud 

    Sur la branche j'ai vu l'oiseau qui ne chantera plus.Bardit à mon ami Jack Denibaud

    Mon coeur se serre de savoir que mon ami magicien et partie dans la grande salle de la bière et de la lumière boréale.

    Flottant comme un navire sur les eaux.

    Le souvenir de son amitié me hantera pour toujours.

    Lui le souverain en sa maison.

    Lui qui avait le coeur sur la main.

    Généreux, noble et bon.

    Lui qui avec courage et force à traversé les tempêtes de la maladie.

    Lui qui avec grandeur et sagesse, savait ouvrir son coeur aux étoiles.

    Mantenant qu'il voyage avec les chevauchées des femmes casquées.

    Comme j'étais étourdie, comme mon coeur se déchira alors quand je l'apperçu sur les bancs de la salle.

    Mantenant qu'il n'est plus. Que deviendrons nous... pauvres âmes perdues que nous sommes...?

    Qui sur la terre des hommes sera aussi généreux, noble et bon?

    Qui en ce monde ouvrira pour nous la voie du sage, de l'ami et de l'artisan?

    Je ne saurais le dire...                                                                     Source photo: Pyrogravuresoterique

    A travers tout le pays je n'oublirais jamais l'ami que j'avais et qui est partie.

    Dans le palais des dieux il rira et trouvera là bas aussi les fastes accordés aux hommes courtois et généreux comme lui.

    Comme mon coeur saigne, moi qui n'appris la nouvelle qu'en cette nuit de Yule.

    Alors que ma mère affronte elle aussi la même maladie.

    Je me rappel de lui sous l'aspect du sage, l'enchanteur.

    je me rappel de lui sous son aspect de corneille blanche.

    Je me rappel de lui sous son aspect d'homme joyeux d'allégresse.

    Je me rappel de lui sous son aspect d'ami infaillible.

    Je me rappel de lui sous son aspect de combattant implacable quand il devait défandre les plus faibles que lui.

    Je me rappel de mon ami et mes yeux se chargent de larmes.

    Le coeur n'as plus de temps pour la poésie.

    L'esprit seul sais ce qui rêgne dans la mémoire.

    L'amour restera toujours entre les vrais amis.

    Même s'ils ne résident plus ensemble dans le même monde.

    Aux heures des festins et des joies je sais que tu festoies avec les dieux à la table d'Odin, de Thor et que tu danse avec Freya sur les marches d'or où attendent avec honneur les valeureux.

    Je suis plein de chagrin et mon courage n'est plus.

    La dame avec sa corne d'or m'apporte des nouvelles de mon frêre qui dans le ciel me contemple.

    Que deviendront nous Mage sans toi à nos côtés sur cette Terre des hommes si dure?

    Ecoute la chanson du barde qui s'apprête à chanter.

    Ecoute les lamentations de ton ami qui te pleure.

    Comme c'est dur de marcher sur ce chemin de douleur.

    Ecoute mon ami mon chant de mémoire. Qui fera résonner notre amitié dans l'éternité.

    Mille est une fois j'ai oublié, mille est une fois j'ai perdu ma pensé dans l'hydromel. Dans les soucis et la maladie.

    Mille est une fois et cent de plus, je chanterais à nouveau notre amitié. Je chanterais jusqu'à nos retrouvailles là haut dans la grande salle des héros le Valhalla.

    Un ami fidèle comme tu le fut n'est autre qu'un héros.

    Voici l'ami qui me parle par le souvenir qu'il laisse en mon coeur.

    Voici l'esprit de celui qui nous apportait les forces qu'il nous manquait dans la vie.

    Que deviendrais-je sans lui?

    Ira t'il nager dans le Fjörd aux eaux d'argent? Voyagera t'il avec Thor sur son char d'acier. Ou sera mon ami quand je penserais à lui?

    Cet ami si cher, cet homme vertueux. Comme il était sage avec nous. Sur sa route de magie et de lumière...

    Il a touché des doigts le sens du sacré, volé avec les anges. Et prospéré dans la magie des dieux du nord.

    Il a bu dans la source sacré, celle plein de vin et de précieux hydromel, avec les sages des fils de Merlin et de Morvryn.

    Il a montré son courage chaque jour dans son travail.

    Il a souffert de cette maladie si dure face à laquelle le magicien est désharmé lui aussi.

    Sevile est le cris du destin, et le monde sera tel qu'il est à la fin de ce siècle.

    Et l'oiseau ne chante plus sur la branche.

    Le froid de cet autre hiver, se retirera t'il un jour prochain?

    Quand l'homme de bien s'en est allé définitivement?

    Les coucous reviendront ils en mai pour chanter?

    Quand l'esprit de l'oiseau sage n'est plus?

    L'or brille. Mais il existe des biens encore plus précieux.

    Il existe des liens encore plus merveilleux.

    Il existera toujours avec nous dans nos coeurs, nos pensées et avec nous il serra toujours dans cette vie.

    Le voyage de retour passera avec nous par le coeur d'or qu'il nous laisse dans notre poitrine.

    Alors je chanterais moi aussi pour sa mémoire.

    Voilà ce que m'ont chanter les esprits dans les montagnes.

    Mais en cette heure jusqu'a mon prochain voyage dans ce pays.

    Les larmes coulent de mes yeux de savoir que la terre des hommes à perdu une personne si belle.

    Qu'il était beau ce rêve pourtant.

    Comme je regreterais mes heures perdues...

    L'ami de l'ami, l'esprit de l'esprit.

    En route pour une nouvelle vie.

    Merci Mage d'avoir été un aussi bon ami.

     

    Ecrit par Eikthyrnir Odinson

    --------------------------------------------------------------------------

    *J'ai écrit ce bardit pour mon ami Jack Denibaud  mes condoléanses à sa famille et a nos amis qui l'ont connue. Mon monde sans lui ne sera plus le même. Une page se tourne définitivement pour moi avec lui.

    Odin emporte avec lui un de ses plus grands druides et magiciens. Comme il va nous manquer.

     

    Bardit à mon ami Jack Denibaud

    « Les Neuf vertus du chemin nordiqueBardit des espoirs du matin »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter